Les chauffeurs sont les esclaves modernes! L’UBT-FGTB publie son livre noir sur le commerce en ligne.

Le Livre noir de l’E-commerce dévoile les pratiques frauduleuses de Post NL, GLS et DPD!

Vendredi prochain (26/11), nous sommes ‘Black-Friday’, mais aujourd’hui, nous sommes Lundi Noir. L’UBT-FGTB publie son livre noir sur le commerce en ligne. Elle y explique en détail comment Post NL, GLS et DPD organisent la livraison de colis de manière scandaleuse. Ces entreprises n’occupent aucun chauffeur salarié puisqu’elles utilisent uniquement le système de la sous-traitance. Elles se déchargent de toute responsabilité et pressent leurs chauffeurs comme des citrons. Des témoignages d’(ex-)chauffeurs montrent qu’ils sont les esclaves modernes de ces entreprises et qu’ils ne peuvent faire entendre leur voix d’aucune manière. En publiant ce livre noir, l’UBT-FGTB entend leur donner une voix. C’est aussi pour cette raison que l’UBT-FGTB s’est constituée partie civile dans le procès intenté par le parquet contre Post NL et GLS.


Croissance explosive de l’e-commerce = croissance explosive des pratiques frauduleuses.

Le commerce en ligne a connu une croissance explosive pendant la pandémie du coronavirus. Plus le volume des colis à livrer augmentait, plus l’exploitation des chauffeurs se développait. Le système utilisé par les trois entreprises Post NL, GLS et DPD pour une livraison aussi rapide, bon marché et flexible que possible est exactement le même.

Frank Moreels, président de l’UBT, est on ne peut plus clair : “Ces entreprises n’occupent aucun chauffeur salarié. Les chauffeurs qui assurent la livraison de colis pour une de ces entreprises le font TOUS comme sous-traitant ou comme chauffeur d’un sous-traitant. Ils sont les principales victimes de l’explosion du commerce en ligne”.


Fuir toute responsabilité

Post NL, GLS et DPS se déchargent de toute responsabilité. Elles pressent leurs sous-traitants comme des citrons et fuient toute responsabilité à l’égard des chauffeurs qui assurent la livraison de leurs colis.

Tom Peeters, adjoint au secrétaire fédéral de l’UBT : “La manière dont opèrent ces entreprises fait que les chauffeurs sont pressés comme des citrons jusqu’à la dernière goutte. La fausse indépendance et le travail au noir sont monnaie courante. C’est pour cette raison que la justice a intenté un procès contre Post NL et GLS. L’UBT-FGTB s’est constituée partie civile dans ce procès parce que les chauffeurs n’ont aucune voix au chapitre. En effet, ils ne sont pas des salariés de ces entreprises. Dès lors, ils ne peuvent compter que sur le syndicat pour dénoncer ces pratiques frauduleuses.”

Les chauffeurs sont les esclaves modernes

Les chauffeurs sont contraints d’acheter ou de louer eux-mêmes une camionnette et de conclure une assurance. Ils supportent eux-mêmes les frais d’entretien, de consommation et des dégâts causés au véhicule. Tous les risques sont donc à leur charge. Pire ... certains chauffeurs sont contraints de supporter eux-mêmes le lettrage de leur véhicule ou d’acheter les vêtements de travail obligatoires !

Tom Peeters : “Des journées de 12 heures et plus (pour n’être payé que huit heures !), 200 arrêts avec des colis jusqu’à 30 kg, travailler six jours sur sept, pas de temps ou presque pour manger et à fortiori se reposer ... Voilà le quotidien de ces chauffeurs avec comme conséquence fatigue et stress systématiques.
Et si le chauffeur ne satisfait plus ? On prend tout simplement le suivant. C’est de l’esclavage dans sa forme la plus pure.”

Lisez le Livre noir ici

 

Plus d'info:
Tom PEETERS, Adjoint au Secrétaire fédéral
UBT-FGTB Transport router & Logistique
0494/44 50 56
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.