ITF

ITF

ITF_ETF.png

Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF)

Le secteur de la marine marchande est éminemment international. Pendant des années, la marine marchande belge, entre autres, a souffert de la concurrence internationale des pays à bas salaires. Sous la pression de la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) (dont l’ UBT est membre), la Convention du travail maritime, mieux connue sous le nom de MLC 2006, a été conclue au sein de l'Organisation internationale du travail (OIT). Elle regroupe toutes les conventions maritimes existantes et d'autres conventions du travail de l'OIT. Cette convention est considérée comme le quatrième pilier de la réglementation maritime, aux côtés des trois principales conventions de l'Organisation maritime internationale (OMI) : SOLAS, MARPOL et STCW.

La convention constitue une étape très importante dans l'amélioration des conditions de travail et de rémunération des gens de mer. En plus de regrouper les conventions précédentes, la convention comprend de nouvelles exigences, en particulier la certification des conditions de vie et de travail à bord des navires de mer, le certificat de travail maritime. La Belgique n'a ratifié la convention qu'en 2013. Ensemble, ils représentent 91 % du tonnage brut total mondial des navires de mer.

Les inspecteurs de l'ITF, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., vérifient le respect des règles de la MLC sur les navires battant pavillon de complaisance (FOC) et accostés dans l'un des ports belges. Ils vérifient si ces navires respectent les accords internationaux tels que la sécurité, le confort et l'hygiène à bord, la nourriture ou les accords de travail sont respectés et les salaires sont payés (à temps). Ils peuvent également être contactés par les autorités portuaires, la police portuaire ou tout marin qui se trouve dans un des ports belges et qui a un problème avec son capitaine ou son employeur. Suivez leurs actions sur notre page facebook et découvrez par vous-même dans quelles conditions misérables certains marins doivent travailler.

Marc et Rino font également rapport au syndicat international et consultent des collègues étrangers lorsque certains navires ou compagnies maritimes ne respectent vraiment pas les accords internationaux.

Coordonnées de contact

Marc van Noten - Inspecteur IFT

 Telefoon.png Téléphone : 03/224.34.19

Mailen.png E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   

Rino Huijsmans - Inspecteur IFT

  Telefoon.pngTéléphone : 03/224.34.14

 Mailen.png E-mail :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

FEDERATION EUROPEENNE DES TRAVAILLEURS DES TRANSPORTS (ETF)

En tant que fédération syndicale, nous voyons parfois des transporteurs intérieurs indépendants déplacer leurs entreprises vers des pays voisins. Parfois, ils emmènent les travailleurs avec eux, mais très souvent, ils ne le font pas. La Belgique perd ainsi de nombreux emplois. Dans d'autres cas, nous constatons que des entreprises s'établissent dans les anciens pays de l'Europe de l'Est, recrutent du personnel dans ces pays à ces conditions et effectuent ensuite des missions ici aux prix du marché. Non seulement cela fait perdre des emplois à notre société, mais à long terme, cela nuit aussi à la prospérité de notre société parce que ces entreprises ne suivent pas les règle sociaux.

Avec les secteurs maritimes de l’ UBT, nous travaillons au sein de la Fédération européenne des transports avec les autres syndicats européens des transports pour mettre fin à ces abus. Sous la pression de l'ETF, le Parlement européen a adopté une directive imposant un certain nombre de conditions minimales en termes d'effectifs et de sécurité à bord pour l'ensemble de l'Europe. La bataille n'est pas encore terminée mais l’ UBT ne baisse pas les bras...