Comment les bûcheurs du secteur du transport seront-ils remerciés pour leur travail pendant la crise de Corona ?

Je suis presque ému lorsque je lis sur les sites web, les comptes Twitter et les pages facebook des organisations patronales comment les camionneurs et les logisticiens, ... font l'objet d'éloges aujourd'hui.

Febetra, UPTR et TLV n'épargnent pas les superlatifs pour louer les conducteurs. À juste titre d'ailleurs.
Ils expriment également, aussi à juste titre, leur indignation face au peu de respect dont font l'objet les camionneurs aux points de chargement et de déchargement. Par exemple, quand les chauffeurs de camion se voient même refuser l'accès aux toilettes.

Aujourd'hui, en cette période de crise de la Corona, le secteur du transport est “soudainement” reconnu par beaucoup comme un secteur essentiel. Souvent par des personnes qui, il y a quelques semaines encore, étaient agacées par des camionneurs, qui conduiraient soi-disant de façon imprudente et causeraient des embouteillages et des accidents.

Tout d’un coup, les responsables politiques, les politiciens et même le public se rendent compte que les rayons des magasins seraient vides si les camionneurs ne livraient pas et si leurs collègues des centres logistiques ne les approvisionnaient pas. Tout d’un coup, ils se réalisent que les hôpitaux et les pharmacies sont approvisionnés par des travailleurs du transport. Tout d’un coup, ils savent que les chauffeurs de taxi et de bus, ... ...continuent à travailler pour que le transport continue à fonctionner.

Je me demande comment les travailleurs du secteur du transport seront remerciés ? Recevront-ils un bouquet de fleurs pour les remercier du travail accompli ? Ou bien va-t-on enfin commencer à récompenser les plus bas salaires de l'économie ? Non, pas avec une boîte de chocolats, mais en reconnaissant le rôle stratégique de leur travail, donc en leur donnant un salaire décent ?

Les employeurs peuvent déclarer qu'ils apprécient les efforts de "leur" personnel, mais la semaine dernière, ils ont refusé toute adaptation en cas de chômage temporaire. En fait, ils refusaient toute proposition qui pourrait éventuellement augmenter le coût salarial.

Il est donc temps de se rappeler que les salaires dans le secteur des transports sont inférieurs à ceux du secteur du nettoyage. Il est temps de souligner qu'un conducteur doit faire beaucoup trop d'heures pour obtenir un salaire acceptable. Un chauffeur doit conduire, charger, décharger, attendre et remplir des documents pendant 60 heures par semaine pour obtenir un salaire mensuel décent.

Un chauffeur est payé à l'heure entre € 11,0110 et € 12,1040 (selon le camion qu'il conduit). Un(e) logisticien(ne) reçoit €12 ,2585 par heure.

Il est donc temps de revaloriser la profession de travailleur du transport, de chauffeur, de logisticien .... Il est temps d'organiser une opération de rattrapage, indépendamment des normes salariales et d’autres restrictions. Un bouquet de fleurs ou une boîte de chocolats sont les bienvenus. Une véritable appréciation en argent est ce qu'il faut faire.

Nous espérons que tous ceux qui font des déclarations fortes aujourd'hui et qui mettent - à juste titre - les travailleurs du transport sous les feux de la rampe ne l'oublieront pas une fois que la crise Corona sera passée. Cependant, l’UBT sera là pour leur rappeler.

 

Frank Moreels
Président UBT