‘Fair transport’ dans le secteur automobile

Vendredi 5 octobre, le syndicat hollandais FNV organise une conférence de presse à Utrecht

pour présenter les résultats déconcertants d’une enquête de terrain sur les conditions de travail et de salaire des chauffeurs occupés dans l’industrie (du transport) automobile. Dans le cadre de cette enquête, la FNV a visité dans plusieurs pays des parkings, interviewé des chauffeurs, etc.

Les grands constructeurs tels que Volvo, Daf et Scania recourent en masse aux services d’entreprises de transport sous-traitantes (et parfois sous-traitantes de sous-traitants) pour acheminer leurs pièces à temps dans les usines et leurs voitures finies chez les concessionnaires automobiles. Ces transports s’effectuent au moindre prix ... sur le dos des chauffeurs.

Dans cette enquête réapparaissent les suspects habituels du secteur du transport, des entreprises comme Ewals, XPO, De Rooy, ... réputées pour utiliser des chauffeurs/sous-traitants de l’Europe de l’Est. Leur modèle économique est basé sur l’utilisation permanente de chauffeurs est-européens ‘au rabais’ en Europe occidentale. Mais aujourd’hui, force est de constater qu’elles n’exploitent plus seulement des chauffeurs est-européens, mais aussi des chauffeurs venus de Biélorussie, d’Ukraine et même des Philippines !

L’entrepreneuriat éthique devrait être la règle dans le secteur (du transport) automobile également. Beaucoup de ces entreprises affirment qu’elles appliquent les principes de la responsabilité sociale des entreprises, mais la pratique montre qu’il n’en est rien.

A des fabricants textiles comme H&M et Zara, nous disons à juste titre qu’ils doivent pratiquer l’entrepreneuriat éthique, qu’ils ne peuvent pas accepter le travail des enfants, etc. Pourquoi ne demandons-nous pas la même chose aux grandes entreprises automobiles ? Notre message à ces entreprises doit être le suivant : veillez à l’éthique non seulement dans votre entreprise, mais aussi dans votre chaîne logistique !

L’UBT a convenu de collaborer avec les camarades de l’ABVV Metaal pour s’attaquer à ce problème. Le 15 novembre, nous organisons une journée d’étude commune réunissant des délégués de l’ABVV Metaal et de l’UBT. L’objectif est d’échanger des informations afin que tous les délégués syndicaux soient au courant du problème et des enjeux. En effet, si les deux centrales s’occupent du problème, nous serons plus forts pour nous attaquer aux pratiques de dumping social dans le secteur (du transport) automobile.

 

Frank Moreels
Président

 

Le film de la FNV sur les abus dans le secteur automobile