2017 : un excellent cru pour l’UBT !

L’UBT n’a pas seulement franchi le cap de 50.000 membres, nous avons aussi remporté d’importantes victoires dans le secteur du transport !

La justice s’est enfin réveillée et s’est attaquée à un certain nombre de ‘praticiens’ connus du dumping social. Descentes de la justice chez Rosantra, Van Dievel, ... et chez Jost, une des plus grandes entreprises de transport belges. Qui aurait pu le rêver il y a quelques années encore lorsque l’UBT avait été la première et la seule à dénoncer le dumping social comme le fléau qui touchait notre secteur ? A l’époque, on nous qualifiait de fabulateurs qui exagéraient excessivement la problématique du dumping social.

Nos dockers de leur côté sont parvenus à enrayer la énième attaque contre la Loi Major. Après les ‘paquets portuaires I et II’, voilà une nouvelle défaite pour Fernand Huts, grand patron de la Katoennatie et ennemi déclaré de la Loi Major. Même la Commission européenne ne peut ignorer un groupe uni et solide de dockers qui indique clairement les limites à ne pas franchir !

Un nouveau vent semble traverser l’Europe !? La Cour de justice de l’Union européenne s’est en effet prononcée juste avant le nouvel an dans deux dossiers importants et ce ... dans un sens positif.

Elle interdit aux chauffeurs de poids lourd de prendre leur repos hebdomadaire dans la cabine de leur camion. Une thèse que l’UBT défendait depuis belle lurette. Cette interdiction nous servira à nouveau d’arme dans la lutte contre le dumping social. Deuxième décision de la Cour : Uber est à considérer comme une entreprise de transport normale et doit dès lors suivre la loi comme les autres.

Nous pouvons donc conclure sans exagérer que l’action syndicale paie et que les actions de l’UBT portent des fruits.

2018 : une année d’importants défis syndicaux

Les hommes/femmes politiques de l’Open VLD et de la N-VA fourbissent déjà leurs armes en vue de porter une nouvelle attaque contre le statut des travailleurs portuaires. L’Open VLD a déjà sonné l’attaque en déposant une proposition de loi à la Chambre des représentants visant à remettre en question le statut du docker. La N-VA quant à elle agit de manière plus sournoise, disant qu’il faut ‘moderniser’ la Loi Major et que le travail logistique dans la zone portuaire n’est pas du travail portuaire. Si l’Open VLD choisit l’attaque frontale, la N-VA use de stratagèmes pour atteindre le même objectif, à savoir la démolition du statut des travailleurs portuaires. C’est d’ailleurs aussi la N-VA qui veut en finir avec la prépension (RCC).

Juste avant les vacances de Noël, un autre chauffeur polonais, victime du dumping social, a été trouvé mort dans son camion garé chez l’entreprise Krismar à Wingene. Sur le parking le long de l’E17 à Nazareth, une autre bonbonne de gaz a explosé dans un camion, blessant grièvement le chauffeur roumain. Et les firmes Waberer et Heisterkamp ne se sont donné aucune peine à cacher, même pas aux médias, leurs parkings pendant les vacances de Noël. Les pratiques de dumping social n’ont donc pas encore disparu de ce monde, au contraire.

Il y a aussi gros à parier que le gouvernement fédéral poursuivra sa politique de droite asociale. En effet, malgré la résistance syndicale, ce gouvernement a mené une politique désastreuse pour les travailleurs. Il a relevé l’âge de la retraite, imposé un saut d’index, augmenté nos factures mensuelles, flexibilisé encore plus le travail, ... et créé des emplois, mais des emplois à temps partiel, des flexijobs, bref, des mauvais emplois. Et les employeurs ? Ils ont le vent en poupe !

Nous pourrons donc déjà lancer un premier signal à l’occasion des élections communales d’octobre 2018 en indiquant clairement aux partis gouvernementaux que nous voulons une autre politique.

L’UBT tient son congrès en 2018

L’UBT tiendra son congrès statutaire le 19 novembre 2018. Ce sera l’occasion pour organiser avec nos militants une réflexion approfondie et un échange de vues intense sur notre avenir. Les deux thèmes à l’ordre du jour du congrès sont la numérisation & l’automatisation et le dumping social. Les débats dans les sections et les groupes professionnels promettent d’être passionnants.

Ce n’est donc pas le travail qui manque. Un travail que nous accomplirons tous ensemble. Car l’union fait la force syndicale !