L’UBT appelle Bart De Wever à respecter les chauffeurs de camion !

La profession de chauffeur de camion est un métier à pénurie. Pas étonnant quand on sait ce que vivent les camionneurs jour après jour.

Mais ces derniers mois, leur vécu dépasse toutes les bornes. En effet, les bouchons monstres qui frappent la ville d’Anvers et ses environs empêchent les chauffeurs de faire leur boulot. Par conséquent, l’UBT appelle tous les responsables politiques à se bouger et en premier lieu la N-VA qui tient pour ainsi dire toutes les ficelles, pas seulement à Anvers, mais aussi en Flandre et au niveau fédéral.

Congestion des routes à Anvers

Les travaux sur les “Leien”, le grand boulevard qui traverse toute la ville, fermés à cause de ces travaux, provoquent des files interminables sur les routes, non seulement pour les déplacements entre le domicile et le lieu de travail, mais aussi pour les transports routiers. Aujourd’hui, les chauffeurs de camion passent des heures dans les embouteillages autour de la ville d’Anvers. Mais ce n’est pas tout. De grands travaux sont également en cours sur des trajets importants. Ainsi, le bitumage de la R2 entre le Tijsmanstunnel et le Liefkenshoektunnel, prévu cet été, provoquera également pendant plusieurs mois de gros problèmes de circulation. La municipalité d’Anvers, avec à sa tête Bart De Wever, et le ministre N-VA de la Mobilité, Ben Weyts, ont clairement besoin d’être secoués – et pas un petit peu - pour qu’ils misent sur les transports en commun afin de réduire les embouteillages, élaborent un plan de mobilité digne du nom et réservent aussi une place aux transports de marchandises, chaînon crucial de notre économie !

Réduction des péages et primes de nuit pour les transporteurs : pas une solution.

A partir de fin juin, les poids lourds bénéficieront d’une réduction du péage s’ils empruntent le Liefkenshoektunnel la nuit. Une réduction qui ne sera accordée que pour la durée des travaux. Si l’on veut vraiment « soulager » le Kennedytunnel, il faudra prendre des mesures plus radicales telles que la suppression pure et simple du péage au Liefkenshoektunnel.

Par ailleurs, des “primes de nuit” seront bientôt accordées car DP World, un important terminal de conteneurs dans le port d’Anvers, veut traiter plus de conteneurs la nuit. A juste titre ! C’est la raison pour laquelle on prévoit l’octroi d’une prime de 10 euros par nuit aux transporteurs. Vous lisez bien : aux transporteurs, pas aux chauffeurs ! L’étalement du trafic des poids lourds est une nécessité, mais les prestations de nuit doivent être compensées. En premier lieu pour le chauffeur car c’est lui qui est au volant la nuit. Et non pas pour l’employeur qui, dans son bureau climatisé, bouleverse la vie sociale de ses chauffeurs d’une simple pression sur un bouton ...

Chauffeurs victimes de la problématique des réfugiés

Un chauffeur a trouvé la mort il y a quelques jours dans le Nord de la France. Des réfugiés avaient dressé un barrage routier dans l’espoir de pouvoir se cacher dans les camions bloqués et rejoindre ainsi la Grande-Bretagne. Un chauffeur a trouvé la mort, n’ayant pas pu éviter le barrage.

La question n’était pas de savoir si un accident mortel aurait lieu, mais quand. Les mesures prises par les autorités sont insuffisantes. La fermeture des parkings autoroutiers belges n’est pas une mesure effective : le parking autoroutier de Drongen sur l’E40 est fermé la nuit depuis plusieurs mois déjà, mais cette mesure a pour seul effet de déplacer le problème. Il ne faut donc pas fermer les parkings aux chauffeurs qui doivent prendre leur repos obligatoire, il faut les surveiller mieux ! Et le gouvernement belge devrait peut-être secouer ses collègues français pour qu’ils garantissent la sécurité de nos camionneurs en France.

Frank Moreels
Président UBT
30 juin 2017