Sauvons l'activité économique à Zaventem !

Une manifestation aura lieu à Zaventem le 12 novembre 2023.

Une manifestation de riverains et d'organisations environnementales ... pour exiger que le nouveau permis d'environnement de l'aéroport, prévu l'année prochaine, tienne compte de la santé publique et de l'environnement des riverains. Et au même moment, la suppression des vols de nuit revient subitement à l'ordre du jour !

L'aéroport national est un pôle économique !

Brussels Airport est le deuxième pôle économique de Belgique après le port d'Anvers. Les vols de nuit constituent donc une part essentielle du trafic aérien international et jouent un rôle crucial dans le maintien et le développement des activités logistiques que nous tenons tant à conserver dans notre pays. Mais on a parfois l'impression que certains n'en ont cure....

Je n'invente rien : l'autre jour, je reçois un mail d'une dame qui a acheté un appartement à Zaventem il y a environ deux ans. Je vous épargnerai les noms d'oiseaux dont était truffé ce courriel. Cette dame se plaignait donc du bruit nocturne de l'aéroport et exigeait instamment l'arrêt des vols de nuit.

Elle déclarait également qu'il était totalement incompréhensible qu'en tant que syndicat, nous ne voulions pas aller dans ce sens. Lorsque je lui ai demandé pourquoi elle avait acheté un appartement à côté de l'aéroport, sachant que des avions y atterrissaient et y décollaient chaque jour, elle n'a pas été en mesure de me répondre. Elle m'a alors reproché de défendre des « jobs de merde ». Sans doute voulait-elle parler de métiers pénibles et - souvent - sous-payés. Et pour le coup, elle a raison !

Mais le fait que 14 000 familles aient besoin de cet emploi pour survivre semblait quelque peu lui échapper.

Priorité au bien-être des résidents et des travailleurs

Il va sans dire que les préoccupations relatives à la pollution sonore sont légitimes, tout comme l'impact environnemental des vols de nuit. Cependant, une interdiction irréfléchie des vols de nuit n'affectera pas seulement les compagnies aériennes et les opérateurs aéroportuaires, mais aura également un impact négatif sur les milliers de travailleurs actifs dans le secteur.

La suppression des vols de nuit et le traitement désinvolte du rôle de l'aéroport national mettront en péril 14 000 emplois. Des emplois de pilotes, de manutentionnaires, de logisticiens...

Un dialogue constructif au lieu de mesures unilatérales

En tant que syndicat, nous sommes ouverts à des discussions constructives sur la réduction des nuisances sonores et des impacts environnementaux, mais l'interdiction unilatérale des vols de nuit est tout sauf une bonne approche.

Un dialogue entre toutes les parties prenantes est essentiel pour trouver des solutions équitables et durables.

Cependant, la voix des travailleurs est systématiquement ignorée dans ce débat. Le dialogue devrait également reposer sur la rationalité.

Notre priorité : rendre l'aviation plus durable

Il est urgent d'élaborer un programme - en collaboration avec les compagnies aériennes et les transporteurs - pour que les vols de nuit soient assurés par de nouveaux avions moins bruyants. Les investissements actuels et futurs de DHL, par exemple, pour obtenir des règles réalistes en matière de normes sonores sont déjà connus.

On dit parfois que les vols de nuit ne servent qu'à enrichir les actionnaires. Il pourrait en être autrement si nous exigions des entreprises concernées qu'elles investissent dans le développement durable, ce qui implique aussi d’utiliser les avions les moins bruyants la nuit.

En paralysant l'aéroport et en entravant, voire en interdisant, l'activité économique dans et autour de celui-ci, on ne fait que créer un cimetière économique, supprimer des emplois et déplacer les problèmes.

Redéfinir les compétences en matière de transport

Les travailleurs de l'aéroport de Zaventem en ont d'ailleurs plus qu'assez d'être « utilisés » dans les petits jeux communautaires des politiciens.

C'est tantôt un ministre flamand, tantôt un ministre bruxellois, tantôt un ministre fédéral qui se lance dans des déclarations sur les normes sonores, les routes aériennes ... Les différents niveaux de compétence se valent tous dans le jeu dans la surenchère.

La fragmentation des pouvoirs ne fait que l'encourager.

À nos yeux, le moment est venu de refédéraliser. L'aéroport national est d'importance fédérale, la politique en la matière doit donc relever de la compétence fédérale. Je plaide pour la refédéralisation des compétences en matière de normes sonores et d'aviation.

L'autre jour, le ministre fédéral Gilkinet a remis en question les vols de nuit à Zaventem, ce qui est étrange, car l'aéroport régional de Liège en compte davantage qu'à Zaventem, sans que le parti de ce ministre ne semble y trouver à redire.

À l'UBT-FGTB, nous estimons que les différents aéroports de Belgique, nationaux et régionaux, méritent qu'on se batte pour eux. Avec coordination, rationalité et en dialogue avec toutes les parties prenantes. Et surtout avec les travailleurs !


Frank Moreels
Président de l'UBT-FGTB