Congrès CES - intervention UBT concernant le dumping social

Intervention de Véronique De Roeck concernant le dumping social au 14ième Congrès de la CES.

Je m’appelle Véronique De Roeck et je représente le syndicat du transport de la FGTB - Belgique.

Au cours des dernières années, un nombre croissant de travailleurs de différents secteurs économiques ont été victimes du dumping social. Ils travaillent dans la construction, le nettoyage, l’industrie de la viande et même dans le secteur informatique, et bien sûr aussi dans le secteur du transport. Qui ne connaît pas les histoires des routiers de l’Europe de l’Est qui campent sur les parkings autoroutiers et roulent pendant des semaines sans pouvoir rentrer chez eux pour rejoindre leur famille ?

Sur le terrain, on continue d’organiser la concurrence entre les travailleurs. Cette concurrence conduit à des situations intenables de chauffeurs roumains ou polonais par exemple, qui font exactement le même travail que leurs collègues belges, mais gagnent jusqu’à trois, quatre fois moins de l’heure que ces mêmes collègues.
Et qui ne connaît pas le “succès” des compagnies aériennes à bas coûts comme Ryanair, dont les équipages sont basés en Belgique ou en Italie, mais sont occupés en Irlande, perdant ainsi leurs droits syndicaux ?

Nous devons être conscients qu’en ce qui concerne le dumping social, la cause et la solution sont généralement la même, à savoir l’Union européenne.
Celle-ci a ouvert ses marchés économiques à la libre circulation des personnes, des biens et des services. Mais ce qui fait – toujours – défaut au sein de l’Union européenne, c’est un socle social fort, un socle social contraignant !

Voilà une lacune lourde de conséquences pour les travailleurs, due à la cupidité et l’appât du gain des entreprises au profit de leurs actionnaires.

Il est vrai que ces dernières années, le thème du dumping social a fait l’objet de discussions au niveau européen et que ces discussions ont donné lieu à des mesures parfois positives comme la révision de la directive sur le détachement, le nouveau Paquet Mobilité, l’Autorité européenne du travail, ...
Des progrès ont été réalisés, certes, mais ils sont encore insuffisants.

Cette Autorité européenne du travail est une bonne initiative, mais il faut veiller à ce qu’elle ne devienne pas un tigre de papier dépourvu de tout pouvoir. Nous avons besoin d’une véritable inspection sociale européenne, armée d’hommes et de femmes en nombre suffisant pour engager le combat contre les organisateurs et les donneurs d’ordre des pratiques de dumping social.

Il est inacceptable que les travailleurs du secteur du transport aient été exclus de la directive sur le détachement.

Le nouveau Paquet Mobilité est un compromis honorable, mais il est loin de répondre à ce que nous voulons.

Soyons clairs : nous sommes contre la course vers le bas, nous sommes contre la concurrence entre les travailleurs, au détriment des travailleurs. Nous voulons des conditions de travail honnêtes et décentes pour tous les travailleurs en Europe.

Le dumping social a fait que les citoyens européens n’ont plus confiance dans l’Union européenne. Si nous voulons une autre Europe, nous devrons nous attaquer à ce problème également.

C’est pour cette raison que nous voulons que la CES poursuive le combat contre le dumping social et en fasse une de ses priorités, en collaboration avec les Fédérations syndicales européennes.