Message aux passagers victimes de la grève chez Aviapartner

Nous recevons comme organisation syndicale de nombreux messages furieux de passagers dont le vol a été annulé à la suite de la grève chez Aviapartner. Vous êtes fâché. Parce que vos vacances tombent à l’eau, parce que votre voyage professionnel est annulé, pour toutes ces heures perdues à l’aéroport, … Et vous avez raison. Vous pouvez, oui, vous devez être fâché. En tant qu’organisation syndicale, nous comprenons votre frustration, votre mécontentement, votre colère… Seulement, nous espérons que votre colère se dirigera contre les vrais responsables de la grève.

AviapartnerContre la direction dAviapartner par exemple, qui aurait parfaitement pu éviter cette grève. Depuis des mois, les syndicats demandent une solution aux nombreux problèmes qui se posent chez Aviapartner, à savoir manque de personnel, trop d’heures supplémentaires, trop de travailleurs intérimaires, matériel usé et peu sûr, charge de travail trop élevée, insécurité des conditions de travail ... La liste des problèmes compte entretemps 40 points ! Depuis des mois, les syndicats demandent d’organiser une concertation. Mais même en présence d’un médiateur externe, la direction n’a rien fait pour rencontrer les demandes justifiées du personnel.

Le comble, c’est que le président du Conseil d’administration d’Aviapartner, M. Laurent Levaux, prétend qu’Aviapartner n’a pas les moyens de rencontrer les demandes justifiées du personnel. Qu’Aviapartner réalise des pertes est vrai, mais avec une fortune de 39 millions d’euros, M. Levaux figure sur la liste des Belges les plus riches. Dans quelle mesure cet homme est-il encore crédible ? Qui croit encore cet homme quand il vient plaider devant les caméras de la télé pour les intérêts des passagers ? Qui prend au sérieux les reproches qu’il fait aux organisations syndicales quand on sait que c’est lui qui détient les clés de la solution du conflit.

Lexploitant de laéroport a également sa part de responsabilité. Pour la période 2007-2015, BAC a distribué plus de 837 millions d’euros de bénéfices à ses actionnaires. D’année en année, l’aéroport réalise des bénéfices tandis que les assistants aéroportuaires accusent des pertes. De plus, poussé par l’appât du gain, BAC a supprimé les places de stationnement réservées au personnel, forçant celui-ci à se garer très loin de son lieu de travail. Résultat : les travailleurs doivent se lever encore plus tôt pour arriver à temps à leur travail.

Enfin, il y a aussi les compagnies aériennes. Dans le cadre d’une course interminable vers le bas, elles baissent en continu le prix du ticket d’avion. Qui ne connaît pas les pratiques peu scrupuleuses de Ryanair, mais les compagnies aériennes “établies” sont elles aussi entraînées dans cette spirale infernale. Que peut encore croire qu’avec un ticket de 25 euros on peut faire voler un avion sans presser comme des citrons son propre personnel et des prestataires de services du type Aviapartner ? 

Le personnel dAviapartner sest mis en grève parce quil était sur le point de craquer. Physiquement et mentalement. Les travailleurs ne font pas la grève pour enquiquiner les voyageurs, mais parce qu’ils sont à bout. Saviez-vous qu’un bagagiste traîne par jour 30 tonnes de valises pour charger et décharger un avion ? Par tous les temps, à genoux et sous la pression de délais extrêmement serrés ! Saviez-vous qu’ils doivent dans certains cas attendre un an avant de recevoir des vêtements de sécurité ? Qu’ils sont contraints de travailler avec du matériel obsolète et peu sûr ? Qu’ils doivent charger et décharger un avion à trois alors qu’ils doivent normalement être à 5 ? Que les chefs d’équipe ne signent plus les « documents de chargement » parce qu’ils ne sont plus en mesure de garantir la sécurité, c’est-à-dire votre sécurité de passager ?!

Nous comprenons votre colère à cause de la grève, mais nous espérons que vous la dirigerez contre les vrais responsables !

Frank Moreels

Président de l’UBT-FGTB