Guide générique pour lutter contre la propagation du virus COVID-19 au travail

Notre pays a publié il y a quelques jours sa stratégie de déconfinement de la crise du coronavirus.

Des indicateurs encourageants, comme la diminution du nombre d’hospitalisations, devraient permettre d’assouplir progressivement les mesures imposées.

La reprise de l’activité économique sera progressive. Pour aider les entreprises, les partenaires sociaux représentés au sein du Conseil supérieur pour la prévention et de la protection au travail, l’Economic Risk Management Group, la cellule stratégique de la ministre de l’Emploi et le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale ont élaboré un guide générique. Ce guide fournit un cadre de mesures à concrétiser dans les différents secteurs et par chaque employeur afin que les activités puissent reprendre dans les meilleures conditions de sécurité possibles. Le guide servira de base aux négociations dans les secteurs et dans les entreprises.

 

Un rôle central et crucial pour la concertation sociale

L’UBT se réjouit de la reconnaissance du rôle centrale et crucial de la concertation sociale à tous les niveaux. Les organes de concertation existants comme le CPPT et la délégation syndicale doivent être impliqués dans le choix et la mise en œuvre des mesures. La concertation sur les mesures à prendre doit avoir lieu le plus tôt possible, de préférence même avant la reprise des activités.

 

L’information est essentielle

Il est d’importance fondamentale d’informer les travailleurs des mesures prises.
Les personnes extérieures à l’entreprise, comme les clients, doivent également être informées des mesures en vigueur au niveau du secteur et/ou de l’entreprise.

 

Distanciation sociale

Plusieurs mesures déjà en vigueur restent importantes. Ainsi, la mesure de la distanciation sociale d’un mètre et demi reste d’application. Si cette mesure ne peut être respectée, il faut se rapprocher le plus possible de cette distance. Il est conseillé d’utiliser ici des marquages, des rubans, … pour délimiter des zones ou des lieux.

Les employeurs doivent prendre des mesures pour éviter les contacts entre les travailleurs. Ainsi, ils doivent éviter que les travailleurs arrivent au même moment au travail, par exemple en prévoyant plusieurs voies d’entrée et de sortie, en aménageant le parking, en répartissant le travail dans le temps pendant la journée. Ils doivent aussi prendre des mesures de dispersion aux entrées, aux sorties et aux passages (par exemple en introduisant une circulation à sens unique). Ils peuvent aussi organiser des équipes plus petites ou instaurer un système de rotation. Ils doivent limiter au maximum le nombre de personnes présentes dans les locaux et les espaces sociaux et prévoir le cas échéant des espaces supplémentaires comme des vestiaires par exemple.

Il ne faut pas seulement limiter au maximum les contacts avec les collègues mais aussi avec les personnes externes, comme les clients par exemple. L’employeur doit donc prendre les mesures appropriées. Ainsi, pour les fournisseurs, il peut par exemple convenir de supprimer les signatures électroniques. La mise à disposition d’une checklist pour les transporteurs avec les mesures à respecter est à conseiller fortement.

 

Symptômes de maladie

Lorsqu’un travailleur se sent malade avant d’arriver au travail ou sur le lieu de travail, il doit rester chez lui / rentrer immédiatement à la maison.

 

Hygiène

L’hygiène (des mains) reste un facteur important dans la lutte contre la propagation du virus COVID-19. L’employeur doit prévoir les moyens pour se laver les mains avec du savon liquide et pour les sécher (avec des lingettes en papier, pas de serviettes, pas de sèche-mains) et/ou les désinfecter (gels pour les mains ou désinfectants de préférence dans des distributeurs).

Il doit prévoir suffisamment de mouchoirs en papier et suffisamment de poubelles.

Il faut éviter de tousser/éternuer ou bien le faire dans le coude.

L’employeur a tout intérêt à faire connaître ces mesures par exemple au moyen d’affiches.

Il doit le cas échéant prévoir des espaces sanitaires supplémentaires (par exemple lorsque les travailleurs doivent marcher trop loin).

Tous les espaces, toutes les surfaces et tous les équipements sociaux doivent être régulièrement nettoyés et aérés.

Il faut nettoyer soigneusement et à des intervalles réguliers les équipements de travail, notamment entre deux shifts ou lorsqu’ils seront utilisés par un autre travailleur.

 

Equipements de protection

L’employeur doit prévoir suffisamment d’équipements de protection. Les équipements de protection collective, par exemple l’installation d’une cloison, ont la priorité sur les équipements de protection individuelle (des gants par exemple). Mais l’un n’exclut pas l’autre.

 

Transports

Il est déconseillé d’utiliser les vélos partagés, les trottinettes partagées, …pour se rendre au travail.
Les travailleurs qui prennent les transports en commun suivent les instructions des sociétés de transport.
Les transports collectifs organisés par l’employeur doivent respecter la règle de la distanciation sociale et si cela n’est pas possible, il doit prévoir une séparation et des masques buccaux.

 

Conclusion

Comme déjà souligné au début, toutes les mesures doivent faire l’objet d’une concertation sociale. Celle-ci augmentera l’adhésion aux mesures et facilitera leur suivi. Elle permettra surtout un redémarrage de l’activité dans les meilleures conditions de santé et de sécurité.

 

Téléchargez ce bulletin d'info (pdf).