Perquisition chez l’entreprise de transport Cartec pour pratiques de dumping social

Nous avons appris ce jour que les services d’inspection sont descendus chez l’entreprise de transport Cartec dans la zone portuaire de Gand.

Cette entreprise a reçu la visite de l’inspection pour l’organisation active de pratiques de dumping social et fraude aux cotisations de sécurité sociale. L’inspection fait état d’une fraude se chiffrant à 2 millions d’euros. L’entreprise occupe des travailleurs de Slovénie qui travaillent jusqu’à 12 heures par jour et ce, sept jours sur sept, dans des conditions de travail abominables. Ils sont logés dans l’entreprise même dans des conditions inhumaines.

Cartec n’est d’ailleurs pas la seule entreprise de transport véreuse active dans le secteur du transport automobile. Une enquête réalisée par la Fédération internationale des travailleurs du transport (ITF) montre en effet que de nombreuses opérations dans le secteur du transport automobile sont effectuées par ce genre d’entreprises véreuses qui organisent le dumping social, tuant ainsi les transporteurs qui travaillent correctement.

Dans une réaction, Frank Moreels, président de l’UBT, déclare ne pas être surpris. “Cette entreprise est active dans le secteur du transport automobile et notamment le transport de voitures. Il y a quelques semaines, nous avons organisé avec le syndicat hollandais FNV et l’aile flamande du syndicat des métallos, l’ABVV-Metaal, une journée d’étude sur les pratiques de dumping social dans ce secteur. Il ressort des données recueillies par nos collègues hollandais qu’en Belgique, Volvo et DAF ont également recours aux services d’entreprises de transport véreuses dans le cadre de leur chaîne logistique.”

L’UBT et la FNV ont d’ailleurs confronté les entreprises concernées avec ces informations, mais elles n’ont malheureusement pas daigné réagir. Pourtant, l’enquête montre que le recours à des chauffeurs de l’Europe de l’Est par le biais d’entreprises éventuellement fictives et/ou boîtes aux lettres dans le secteur du transport automobile est monnaie courante.

Frank Moreels appelle les constructeurs automobiles concernés à assumer leurs responsabilités par rapport à ces situations inacceptables dans leur chaîne logistique : “De grands constructeurs d’automobiles et de camions comme Volvo, DAF et autres portent une lourde responsabilité éthique ou morale, non seulement par rapport à ce qui se passe au sein de leurs entreprises, mais aussi à l’égard de ce qui se passe dans la chaîne de transport qu’elles organisent. Recourir à des chauffeurs de l’Europe de l’Est en leur payant un salaire de misère et en les occupant dans des conditions de travail inacceptables, voilà une politique qu’elles ne devraient plus tolérer.”

 

Vous souhaitez consulter les données de l’enquête ?