L'action syndicale paie : le Parlement européen remet la Commission TRAN à sa place

Le Parlement européen a voté aujourd’hui sur le Paquet Mobilité qui est de la plus haute importance pour les travailleurs du transport.

Le vote du Parlement est on ne peut plus clair : il a rejeté les mesures néfastes proposées par la commission Transport.

Le Paquet Mobilité était dans un premier temps l’œuvre de la Commission européenne qui a ensuite été discutée au sein des commissions de l’Emploi et du Transport du Parlement européen.

Ces deux commissions avaient examiné toute une série d’amendements.
La position de la commission Emploi était sans équivoque : pas d’élargissement des temps de conduite, pas de réduction des temps de repos, poursuite de la lutte contre les entreprises boîtes aux lettres.
La commission Transport avait adopté une position tout à fait contraire : retour à la prise du repos hebdomadaire de 45 heures ou plus à bord du camion, flexibilisation des temps de repos, pas de détachement pour les camionneurs internationaux, pas de contrôles routiers du détachement et des temps de travail et donc pas de contrôle de la fraude sociale.

Le Parlement européen s’est exprimé aujourd’hui sur ces dossiers.

Grâce aux actions syndicales avec l’UBT-FGTB en première ligne, le Parlement européen a rejeté à une large majorité les règles proposées par la commission Transport et par la Commission européenne. Il a dit non au changement des temps de conduite et de repos et rejeté la prise du repos hebdomadaire à bord du camion ainsi que les modifications proposées en matière de cabotage. Il a lancé le message non équivoque à la commission Transport qu’elle doit revoir sa copie et faire mieux la prochaine fois. Mais le combat est loin d’être terminé car cette commission ne s’est nullement intéressée à la santé et à la sécurité des chauffeurs ni à la sécurité routière en général.

Frank Moreels, président de l’UBT : “Le vote de ce jour au Parlement européen ne marque pas la fin des débats, au contraire. La décision finale sera le résultat d’une concertation entre le Parlement européen, la Commission européenne (qui a élaboré et proposé le Paquet Mobilité) et les Etats membres. Cette procédure prendra du temps et n’aboutira vraisemblablement plus avant les élections européennes de 2019. Nous devrons donc poursuivre notre action syndicale.”

L’UBT soutient la ‘Road Alliance’, les pays ouest-européens, dont la Belgique, qui sont eux favorables à un secteur du transport loyal, soucieux de ses chauffeurs. Cette alliance entend engager la lutte contre le dumping social. L’UBT continuera à mettre sous pression ces pays et le gouvernement belge pour qu’ils continuent dans cette voie.

Nous continuerons aussi à rappeler aux décideurs politiques leurs responsabilités en ce qui concerne la santé et la sécurité des travailleurs du transport et aussi des autres usagers de la route. Pour nous, le principe prioritaire est celui de l’égalité de salaire pour un travail égal, y compris dans le secteur du transport. Pour nous, la sécurité routière est également une priorité.

Frank Moreels: “Nous poursuivrons notre lutte contre le dumping social, pas seulement pour les chauffeurs ouest-européens, mais aussi pour leurs collègues de l’Europe de l’Est. Nul ne mérite d’être exploité !”