Le gouvernement fédéral plonge le secteur du transport dans un froid hivernal… en plein été !

Pour le gouvernement fédéral, cela devient une habitude d’ignorer les travailleurs du secteur du transport.

Comme chaque année en été, il prend des mesures néfastes pour les travailleurs et donc aussi pour les travailleurs du transport. En effet, il vient de réintroduire la période d’essai, d’assouplir le travail de nuit et du dimanche et d’imposer le travail intérimaire aux secteurs du déménagement et de la batellerie, même si personne dans le secteur n’en était demandeur. De plus, pour ce qui est d’une réduction des charges, le secteur du transport reste à nouveau sur sa faim.

Pas de réduction des charges pour le secteur du transport ni pour celui de la batellerie ?

Les employeurs et les travailleurs du secteur du transport routier et de celui de la batellerie sont demandeurs depuis longtemps de mesures visant à aider leurs secteurs à sortir de la crise. Patrons et syndicats du transport routier avaient demandé récemment dans le cadre d’une proposition commune de donner une bouffée d’oxygène au secteur du transport. Mais le gouvernement ignore ces propositions qui portaient également sur le coût salarial. Le secteur de la batellerie, lui aussi, est mis sur la touche.

Frank Moreels, président de l’UBT, ne comprend pas l’attitude du gouvernement : “La batellerie et le transport routier sont tout autant victimes du dumping social que le secteur de la construction qui bénéficie lui de mesures d’aide. Le gouvernement récompense ainsi les entreprises de transport qui organisent le dumping social, tandis que les firmes de transport qui respectent les règles sont abandonnées à leur sort et subissent un handicap concurrentiel par rapport à celles qui délocalisent leurs activités en Europe de l’Est. Il dénie à un secteur ce qu’il accorde à d’autres.”

Personne n’a demandé le travail intérimaire dans les secteurs du déménagement et de la batellerie !

“Ni les employeurs ni les syndicats n’étaient demandeurs de l’introduction du travail intérimaire dans ces deux secteurs sensibles. Jusqu’ici, seuls des travailleurs qualifiés disposant des bons certificats étaient autorisés à travailler dans le secteur de la batellerie. Et seuls des déménageurs formés et fiables travaillaient dans les entreprises de déménagement", précise Frank Moreels. “Ce gouvernement semble servir le secteur de l’intérim au doigt et à l’œil et imposer le travail intérimaire à ces secteurs sensibles également. Après le reportage choquant diffusé à la VRT qui dénonçait les nombreux abus dans le domaine de l’intérim, le gouvernement devrait quand même y regarder à deux fois.”

Le travail de nuit et du dimanche « moins cher »

Cette mesure est destinée à stimuler le commerce électronique, souligne le gouvernement. Bien que les détails de cet assouplissement ne soient pas encore connus, l’UBT craint le pire. Frank Moreels: “Cette décision impliquera à coup sûr une perte de pouvoir d’achat pour le personnel car il y aura moins de primes pour les heures supplémentaires, le travail de nuit et le travail du dimanche. Par ailleurs, il s’agit d’une décision inutile car le travail de nuit et du week-end est déjà possible dans le secteur de la logistique. Un grand nombre d’entreprises logistiques l’organisent déjà, en concertation avec leur personnel. Le gouvernement entend manifestement donner carte blanche aux employeurs et rendre le travail de nuit et de week-end moins cher. Pour la énième fois, ce gouvernement pompe dans les poches des travailleurs du transport.”

Quand tous les employeurs se disent « satisfaits » : gare à vous !

Aussi bien la FEB qu’Agoria, la Confédération de la construction, la Chambre du commerce de Bruxelles, les organisations des classes moyennes ... réservent un accueil positif aux décisions gouvernementales. Les réactions des organisations patronales vont toutes dans le même sens. Il est clair que le gouvernement a fait son travail en prêtant une oreille bienveillante aux revendications patronales. Il est tout aussi clair qui paiera à nouveau la facture.

 

Téléchargez ce bulletin d'info (pdf)